Quel zodiaque utiliser ?

Quel zodiaque utiliser ?

par Patrick Giani

Quel zodiaque utiliser Récemment, une amie astrologue m’a avoué qu’elle préférait utiliser le zodiaque sidéral pour ses consultations. Tout à coup, cela lui avait paru évident, tout son thème lui parlait beaucoup plus en reculant la roue des signes de 23°, valeur de l’Ayanamsa.

Qu’est-ce que l’Ayanamsa?
C’est le “décalage entre le point vernal (où se produit l’équinoxe de Printemps) et le 0° du Bélier matérialisé par l’axe Aldebaran du Taureau et Antarès du Scorpion (15° de leurs constellations respectives) et par l’étoile Spica qui a permis de délimiter le zodiaque en deux hémisphères de 180° chacun et ainsi déterminer le point 0° du Bélier par opposition à cette étoile. On compte aujourd’hui plus de quinze Ayanamsas différents.”
Comme je suis ouvert à toutes les démarches visant à évoluer et que suis toujours prêt à me remettre en question, j’ai écouté avec beaucoup d’attention ce que disait mon propre thème à la lueur de ce nouvel éclairage que me tendait cette amie astrologue, qui poursuivait : “Je me suis rendue compte que le zodiaque sidéral était plus en rapport avec l’âme”. Rapidement, je reconsidérais donc mon thème natal de tête et je prenais conscience que j’étais en fait Bélier/Bélier et non plus Taureau/Bélier. Vu que j’ai plusieurs planètes en Bélier dans ma carte du ciel, je ne m’en étonnais guère. Comme en astrologie tropicale (le zodiaque des saisons) mon axe des Noeuds lunaires est en Bélier-Balance en VI-XII, cela le ramenait en Vierge/Poissons, ce qui lui donnait à peu près la même “couleur”, donc difficile d’être objectif.
Alors, va pour Bélier/Bélier, me soufflait mon âme! Seul mon Mercure ne changeait pas de signe puisqu’il se situait à la limite de l’Ayanamsa. Et c’est là que je réalisais : “Mais alors, d’où me viennent mon large cou de Taureau, mes sourcils prohéminents et écartés au centre, mes fréquents maux de gorge et mon côté boudeur ? Sûrement pas de mon Mercure ! Il y avait sans doute une explication…
Et soudain, je pris conscience de la réalité des deux zodiaques : l’un en rapport avec l’âme, l’autre en rapport avec le corps. Le zodiaque des constellations (sidéral) en rapport avec la vie spirituelle, le zodiaque des saisons (tropical) avec la vie matérielle.
Puis je me souvins de cette lettre que j’avais adressée à un passionné d’Astronomie qui critiquait le zodiaque employé par les astrologues occidentaux :

Le Zodiaque des saisons, que nous utilisons pour nos éphémérides, est un référentiel comme un autre. Celui que vous utilisez tient compte de la place réelle des constellations dans le ciel et cela vous convient parfaitement. Le référentiel qu’utilisent les astrologues occidentaux leur convient très bien puisqu’ils arrivent à de bons résultats. Celui que les astrologues hindous utilisent effectue la correction de la précession (ayanamsa) mais les signes ne correspondent pas non plus aux constellations célestes puisqu’ils font 30° chacun. Quant aux astrologues chinois, ils utilisent essentiellement Jupiter (pour les signes) et la Lune (qui a une grande importance) mais ils arrivent aussi à de bons résultats. Qu’est-ce à dire ? Qui a raison? En fait, chacun utilise un référentiel de base, avec un postulat approprié, qui lui convient parfaitement. Lorsque les astronomes disent aux astrologues occidentaux qu’ils se trompent puisqu’ils se basent sur un « faux zodiaque » c’est comme si un français disait à un anglais qu’il ne conduit pas de la bonne manière en roulant à gauche (ou l’inverse). Ou bien que sa mesure des distances est erronée puisqu’il utilise les miles au lieu des kilomètres ! Dites-vous bien que, à partir du moment où des milliers de personnes partagent et utilisent un référentiel, celui-ci EXISTE et vit dans leur esprit. Cela fait d’ailleurs partie de l’une des découvertes majeures de la physique quantique *. »

J’ajouterais aujourd’hui que les différents systèmes zodiacaux et les différents systèmes de domification sont autant d’outils à expérimenter que les différentes langues parlées à travers le monde. Qui pourrait revendiquer d’utiliser la langue universelle, fut-elle la plus employée dans le monde, telle la langue de Shakespeare? Quel zodiaque utiliser

* L’une des principales découvertes de la physique quantique est que l’observation influe sur le système observé : au cours de la mesure d’une observable, un système quantique voit son état modifié. Ce phénomène, appelé “réduction du paquet d’onde”, est inhérent à la mesure et ne dépend pas du soin que l’expérimentateur prend à ne pas “déranger” le système.

La valeur d’un référentiel
Un référentiel sert à regrouper des individus autour d’une unité de vues, d’une vision commune. Il en est de même des religions. Quand bien même on est convaincu d’avoir choisi la meilleure, on ne peut pas imposer aux autres sa propre idée de la divinité. Sinon, on risque fort de devenir réactionnaire, voire fanatique ou extrémiste, et porter du tort à nos semblables. Ce côté extrémiste existe aussi, hélas, dans le milieu astrologique, je l’ai constaté à plusieurs reprises lors de salons ou de colloques durant ces vingt dernières années. Ainsi, sur ce blog que j’ai découvert récemment sur le Web, où son auteur écrivait:
“L’objectif de ce Blog citoyen est de dénoncer l’imposture de l’astrologie tropicale (qu’il faut appeler saisonnologie et non astrologie, ce qui est très différent!) qui ne repose sur aucune réalité physique à la différence de l’astrologie sidérale, seule à même de porter le nom d’astrologie!”
Il est évident qu’une position si catégorique ne peut qu’enfermer dans une façon de penser réactionnaire et cloisonnée.

Quel zodiaque utiliser ?

Je serais tenté de dire : “Celui que vous voulez!” ou encore: “Les deux!” comme le font depuis des dizaines d’années Dorothée Koechlin de Bizemont ou Michel Aguilar. Mais là encore, nous fonctionnons avec douze signes de 30° chacun, ce qui n’est pas conforme à la réalité des constellations. Si l’on souhaitait vraiment utiliser le zodiaque du ciel comme référentiel, alors il nous faudrait revenir au Zodiaque égyptien, dont les signes font de 18 à 46 °. Les constellations étant de largeur inégale, on aurait donc à réduire celle du Scorpion et à agrandir celle de la Vierge. En effet, le Soleil met 44 jours pour traverser la Vierge et ne met que 7 jours pour traverser la constellation du Scorpion! Un véritable casse-tête pour les concepteurs de logiciels mais pourquoi pas ? Bien entendu, il faudrait ensuite l’expérimenter pendant de nombreuses années afin de donner du corps et du crédit à ce nouveau référentiel, mais là on ne pourrait plus reprocher aux astrologues occidentaux d’utiliser un faux zodiaque! Quel zodiaque utiliser

Et les maisons ?
Que les étudiants débutants soient rassurés, elles ne changent pas lorsqu’on utilise le zodiaque sidéral. Cependant, comme nous l’avions vu dans un récent Ganymède, le système Placidus ne fonctionne pas dans les régions aux latitudes extrêmes telles que la Norvège ou Cap vert. Il faut donc changer de système de domification pour certains pays, et nous avons vu que le plus simple est d’utiliser les maisons égales. Et pourtant, elles ne correspondent à rien de concret. Mais elles ont le mérite de pouvoir s’appliquer à n’importe quelle latitude. Ceux qui accordent de l’importance aux signes interceptés et aux maisons liées ne seront toutefois pas d’accord avec cette méthode !

Et les planètes ?
Ouf, encore une fois ce sont elles qui mettent tout le monde d’accord ! En effet, quel que soit le zodiaque utilisé et quel que soit le système de domification que l’on applique, les planètes ont toujours le même rapport d’angle entre elles. Si bien que votre Soleil sera toujours en trigone à Saturne (ah!) et votre Lune toujours en carré à Jupiter (oh…). Toutefois, selon le système de domification utilisé, l’orbe en sera réduit ou augmenté selon la règle de base que votre professeur aura établie… avec sa propre méthode!
Pour revenir à la différence entre le zodiaque sidéral et le zodiaque tropical, je pense qu’elle réside aussi dans la pratique de l’interprétation. Je m’explique : depuis l’époque de Ptolémée, où le point vernal coïncidait avec le début de la constellation du Bélier, les astrologues hindous ont continué de réajuster l’ayanamsa, si bien que leurs interprétations des typologies des signes ont évolué avec le temps. Ainsi, un natif du 5 mai (Taureau en astrologie tropicale) n’est pas obligatoirement un jaloux qui cache une très grande sentimentalité, mais aussi un têtu relève tous les défis (Mesha). Quel zodiaque utiliser

Conclusion
Comme nous venons de le voir, il existe des dizaines de systèmes pour analyser astrologiquement une carte du ciel, tant pour la toile de fond du zodiaque que pour les secteurs (ou maisons) tant pour les orbes à considérer que pour les points (fictifs ou non) à ajouter dans l’analyse. Nous devons donc logiquement être à la fois intègres quant à notre propre façon d’analyser un thème, et tolérants à l’égard de ceux qui pratiquent différemment. J’ai également pensé à dire à ma collègue astrologue de ne pas obligatoirement dire à ses consultants (surtout si ce sont des personnes qui étudient l’astrologie) quel zodiaque elle utilise car cela risque de les déstabiliser. Quand on vous apprend que vous n’êtes pas du signe que vous croyiez être, vous avez l’impression d’avoir été induit en erreur, alors qu’il s’agit simplement de deux visions différentes de la même sphère zodiacale. D’ailleurs, je vais veiller pour ma part, lors de mes prochaines consultations, à ne pas préciser dans quel signe se trouvent les planètes du consultant mais à mettre plutôt l’accent sur la résonance psychologique des aspects interplanétaires.
Finalement, puisque le zodiaque des saisons colle bien à la vie terrestre et celui des constellations à la vie spirituelle, posons-nous la question : sommes-nous plus proches de la Terre ou… du Ciel? Quand la plupart des consultations tourne autour de sujets comme la vie professionnelle, la santé ou la vie relationnelle, force est de constater que le zodiaque tropical colle plutôt bien à la réalité des êtres humains !
C’est sans doute pour cela que quatre vingt dix pour cent des astrologues occidentaux l’utilisent.

Patrick Giani

Quel zodiaque utiliser ?
Signes du zodiaque apparaissant en léger désordre
au plafond de caveaux funéraires de l’époque ptolémaïque

Quel zodiaque utiliser ?

Article paru en janvier 2007 dans la revue « GANYMEDE »
(© 2007 Patrick Giani – tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation reserves pour tous pays – faire demande par email)Quel zodiaque utiliser

Besoin d'un site internet ? Comme nous, faites confiance à Web MG Records.com
MENTIONS LÉGALES ** ** CONDITIONS DE VENTE
Créations Web MG Records